La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne – Slow Science : cultiver la chronodiversité dans les sciences (3/3)

Dans une série de trois articles, Léo Coutellec, docteur en philosophie, nous propose de penser les rapports entre science et société, et fais reposer la condition d’existence d’une science citoyenne sur l’idée de démocratie épistémique :

« La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne »
La démocratisation des rapports entre science et société ne se fera pas sans une démocratisation de la science elle-même

Que veut dire inventer en épistémologie ? Comment établir et penser des rapports démocratiques entre sciences et éthiques ? Peut-on penser une intégrité des sciences à la fois épistémique et éthique ? Comment construire une épistémologie non-standard et une éthique générique ?

Les articles publiés sur Penser la recherche ont initialement été publiés sur son blog personnel Savoirs [en] commun[s], dans la Chronique des Concepts, entre janvier et juillet 2012.

Le pluralisme épistémique (1/3)
De nouveaux rapports entre sciences et éthiques (2/3)
– Slow Science : cultiver la chronodiversité dans les sciences (3/3)

Slow Science : cultiver la chronodiversité dans les sciences

Dans notre recherche des conditions minimales d’une démocratie épistémique, nous avons rencontré la question du pluralisme (condition épistémologique) et celle des rapports entre sciences et éthiques (condition éthique). Nous clôturons ici par une troisième condition (condition socio-anthopologique), celle de l’identification des motifs temporels de la science et de la reconnaissance d’une forme de chronodiversité. Nous partons de l’hypothèse selon laquelle la recherche est touchée, au même titre que toutes les activités humaines, par le phénomène généralisé d’accélération de la société, remarquablement étudié par le sociologue allemand Hartmut Rosa[1]. La culture de l’immédiateté et de l’urgence n’épargne pas la science, elle en deviendrait même le principe organisateur : publier plus et plus vite, gagner la course des appels à projet, accélérer « les processus d’innovation »[2], être compétitif, … Partiellement dépendant de la rhétorique du retard et de la compétition, le motif temporel de l’accélération est difficile à caractériser car il semble agir comme un motif auto-justificateur complètement intégré dans les dynamiques actuelles de mutation de la recherche. En utilisant le cadre proposé par H. Rosa dans sa théorie critique de l’accélération, il nous serait possible de caractériser le motif temporel de l’accélération selon deux aspects : la normativité silencieuse du temps et les processus de dé-synchronisation. Nous n’approfondirons pas plus le contenu de ces deux aspects du motif temporel de l’accélération, cela pourra faire l’objet d’un autre article. Ici, nous dessinons le contexte politique et épistémologique de son émergence et les voies nouvelles qu’il permet de penser, notamment à travers le concept de Slow Science. Cela implique de revenir brièvement sur l’état actuel de crise, non pas de la science, mais du concept de science que nous caractériserons comme étant à la fois une crise des institutions et des politiques scientifiques et une crise épistémologique et éthique à propos des savoirs.

 

Une crise des institutions et des politiques scientifiques …

Face aux mutations actuelles de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), les raisons de  s’indigner ne manquent pas : cultes de l’excellence et de la compétition de tous contre tous qui déguisent une gestion infâme de la pénurie budgétaire liée au désengagement financier de l’État ; montée en puissance de la posture instrumentale, de l’économisme, des méthodes managériales et de la culture du projet (le New Public Management) ; généralisation du précariat, incitation à la mobilité et à la flexibilité ; casse des institutions en place par fusion, recomposition, concentration sur critères économiques … Autant de constats qui sont à mettre en perspective directe avec la re-configuration profonde du paysage de l’ESR, initiée avec la « stratégie de Lisbonne » et la promotion d’une « économie capitaliste de la connaissance ». Cela se traduit en France par un ensemble de mesures (LRU, RGPP, AERES, Labex, Idex, …) qui visent toutes à promouvoir « la rentabilité plutôt que l’intérêt général, la compétition plutôt que la coopération, la concurrence plutôt que la solidarité, l’utilité productiviste plutôt que l’amélioration du bien être collectif »[3]. Les slogans parlent d’eux-mêmes, par exemple l’Idex[4] Toulouse entend « faire de Toulouse le fer de lance français de la compétition mondiale pour la suprématie de la connaissance ». Le constat est donc sans ambiguïté, il est largement documenté[5].

… qui s’accompagne d’une crise profonde du concept de science

Mais ce constat ne peut s’arrêter à ces considérations structurelles. Ainsi, tout comme le capitalisme est aussi un mode de vie et une façon de penser, les réformes actuelles de l’ESR s’accompagnent de l’avènement d’une nouvelle pratique de la science, d’un nouveau mode de pensée et d’être au travail (« macdonalisation des styles de vie académiques »[6]) et, finalement, d’un nouveau rapport aux savoirs. Celui-ci peut se définir ainsi : homogénéisation/standardisation des démarches scientifiques par la promotion d’un impérialisme épistémique (ex. : centralité du concept de risque dans l’évaluation des techniques) ; évaluation des compétences essentiellement quantitative avec une forte pression à la publication ; des rythmes de productions devenus déraisonnables ; augmentation des articles erronés ou frauduleux ; obsolescence des publications scientifiques ; épuration éthique pour étendre dans les sciences l’ « empire du moindre mal » libéral (Michéa) ; promotion de connaissances considérées comme utiles, rentables, légitimes, stables au détriment de connaissances non directement rentables, non-standards, instables ; promotion de solutions miracles (technologies lourdes et coûteuses) plutôt que la multiplication de l’imparfait (multiplicité de techniques locales et adaptées) ; sur-détermination du rôle de l’expert et des savoirs experts au détriment des savoirs citoyens ou populaires ; dévalorisation ou instrumentalisation des sciences humaines et sociales au profit des sciences dites « dures » ; incompréhension croissante sur ce que peut la science ou la technique (remède ou poison ?, ange ou démon ?).

 

Résister, c’est créer : vers un mouvement Slow Science

Nous ne pouvons donc qu’être solidaire de tous les appels qui visent à remettre en cause ce mouvement de régression dans l’ESR, facteur de mal-être, de perte de sens, de gâchis. Mais nous disons également, et en même temps, qu’il est impossible de réduire nos résistances aux seules revendications sur les aspects structurels ou financiers. Si celles-ci sont nécessaires, nous considérons qu’il convient aussi de mener de front un autre chantier, épistémologique et éthique celui-ci, sur le concept de science lui-même. De quoi parle-t-on lorsque l’on parle de science ? Quelle science voulons-nous ? Pourquoi faire ? Au service de quels projets ? A notre avis, il ne suffit pas de brandir la conception de la science des Lumières en modèle. Nous devons faire un effort de création épistémologique à la hauteur des enjeux actuels. Résister, c’est aussi créer. Il est bien souvent plus facile de dire ce que nous ne voulons pas que de dessiner un projet désirable pour la science. Nous proposons ici une ouverture avec le concept de Slow Science qui n’a pas vocation à être une solution mais plutôt un horizon. L’appel à la fondation d’un mouvement Slow Science en France, lancé en 2011 par l’anthropologue Joel Candau, est très explicite : « Chercher, réfléchir, lire, écrire, enseigner demande du temps. Ce temps, nous ne l’avons plus, ou de moins en moins. Nos institutions et, bien au-delà, la pression sociétale promeuvent une culture de l’immédiateté, de l’urgence, du temps réel, des flux tendus, des projets qui se succèdent à un rythme toujours plus rapide. Tout cela se fait non seulement aux dépens de nos vies – tout collègue qui n’est pas surmené, stressé, « surbooké » passe aujourd’hui pour original, aboulique ou paresseux -, mais aussi au détriment de la science. La Fast Science, tout comme le Fast Food, privilégie la quantité sur la qualité. »[7].

 

Slow science, slow food : convergences de valeurs et de postures

L’émergence d’un mouvement Slow Science peut-être un bon point d’appui pour élaborer collectivement une nouvelle conception et une nouvelle pratique de la science. Nous avons besoin d’un mouvement qui définisse la science comme une oeuvre d’intérêt général au service d’un monde commun, un mouvement qui appelle à ralentir dans les sciences pour promouvoir et élaborer des savoirs de qualité, un mouvement qui ne se contente pas de résister aux multiples attaques contre

l’ESR public mais qui, en même temps, propose un autre rapport aux savoirs.

Finalement, un mouvement qui sache tirer toutes les potentialités de son grand frère, le mouvement Slow food créé en 1989 par Carlo Petrini et dont le principal objectif est de promouvoir un autre rapport à l’alimentation. Que ce soit pour sortir du productivisme agricole (produire pour produire) et de la junk-consommation ou du productivisme scientifique (publier pour publier) et de la consommation aveugle de connaissances et de techniques, les mêmes valeurs et postures peuvent être mobilisées. Dans les deux cas, il s’agit bien de faire moins mais mieux, plus consciemment et avec le plus grand nombre. Tout comme il faut du temps pour la dégustation, il faut du temps pour élaborer des savoirs de qualité. L’idée n’est pas de faire du ralentissement une nouvelle norme qui remplacerait celle de l’accélération mais plutôt de respecter une forme de chrono-diversité inhérente à l’élaboration des savoirs et où la lenteur aurait toute sa place. Tout comme Slow food met au centre de ses préoccupations l’éducation au goût, il s’agirait pour un mouvement Slow Science de ré-investir la question de la culture scientifique et technique pour ne pas réduire la science à une accumulation de savoirs stables, désincarnés, académiques et la technique à une simple application de la science. L’histoire, la sociologie, l’éthique et la philosophie des sciences et des techniques interviendraient alors comme des savoirs structurants (et non pas comme des suppléments d’âmes pour scientifiques en mal de lettres …) pour développer l’esprit critique dans les sciences et à propos des sciences.

 

La chrono-diversité, condition d’une science ouverte

Ce respect de la chronodiversité dans les sciences est à notre avis une condition centrale d’une démocratie épistémique et pourrait être le coeur de la philosophie Slow Science. Elle donne à la science la possibilité d’élaborer des savoirs pluriels (postuler un pluralisme épistémique et dé-hiérarchiser les disciplines), impliquées (postuler la non-neutralité axiologique de la science) et citoyens (postuler la capacité pour le citoyen d’être co-producteur de savoirs). Tout comme pour Slow Food « manger est un acte agricole », pour Slow Science « savoir est un acte citoyen ». Tout comme des consommateurs informés et conscients de l’impact de leurs choix sur les logiques de production alimentaire et sur la vie des producteurs deviennent ainsi co-producteurs d’un nouveau modèle agricole, le mouvement Slow Science devrait appeler les citoyens à devenir co-producteurs d’un nouveau modèle scientifique.

Il s’agirait alors de créer de nouveaux lieux de production des savoirs où le long terme serait privilégié sur le court-termisme, où le temps de la science et le temps social de son appropriation ne

seraient plus désynchronisés, des lieux de la désexcellence8 pour donner du temps au temps de la science, pour remettre la science au service d’un monde commun …

———————————————————————-

Cet article de Léo COUTELLEC est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.

8O. P. Gosselain, Slow Science – La désexcellence, sur le site http://evaluation.hypotheses.org


[1] Hartmut Rosa. Accélération. Une critique sociale du temps, La Découverte, 2010

[2] Isabelle Bruno. A vos marques, prêts… cherchez ! : La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Éditions du Croquant, 2008

[3] Voir l’« appel pour une université au service d’un monde commun ».

[4] Idex = Initiative d’excellence

[5] Voir, par exemple, pour la recherche : Isabelle Bruno. A vos marques, prêts… cherchez ! : La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Éditions du Croquant, 2008

[6] Petri Salo and Hannu L. T. Heikkinen. Slow science : an alternative to macdonaldization of the academic lifestyle, 2011. Disponible sur http://slowscience.fr

[7] Lire l’appel complet sur : http://slowscience.fr


Une réflexion au sujet de « La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne – Slow Science : cultiver la chronodiversité dans les sciences (3/3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *