La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne

Accoler le terme épistémique à celui de démocratie ne va pas de soi. Il s’agit là, à première vue, d’une forme d’impossible ; bien que les rapports pouvoir/savoir ne soient pas étrangers à la rencontre de ces deux termes. Dans ce cadre, la démocratie épistémique serait une forme de juste redistribution du pouvoir entre les porteurs de savoirs.

Mon utilisation de ce concept part du postulat selon lequel la démocratisation des rapports entre sciences et sociétés ne se fera pas sans une démocratisation de la science elle-même. Une autre façon de dire que les débats actuels sur une ouverture de la science à la société ou sur un meilleur dialogue entre sciences et sociétés ne doivent pas servir d’alibi pour laisser intact l’efficace et la suffisance de la science. Mais la démocratie épistémique ne sera pas seulement une démocratie dialogique ou technique, selon des propositions qui peuvent être faites par ailleurs en sociologie des sciences (et qui ont tout leur intérêt), mais une intervention au cœur de la science, au sein de sa matérialité. L’enjeu, pour moi, est donc principalement épistémologique, même si je tiens à identifier les conséquences dont la portée sera éthique. L’enjeu est de ne plus dépendre d’une épistémologie implicite de la science qui favorise une forme d’impérialisme épistémique et dont les fondements sont véritablement problématiques.

 Je pose une série de question que ce carnet de recherche devra considérer :

le concept de science peut-il être repenser par le pluralisme ? Comment penser le pluralisme épistémique dans les sciences ? Comment ne pas faire dépendre l’épistémologie d’une science particulière ? Que veut dire inventer en épistémologie ? Que peut l’épistémologie pour pacifier les liens entre sciences et éthiques ?

Je commence ce carnet par la publication d’une série de trois textes qui exposent trois premières conditions à une démocratie épistémique : (i) un pluralisme épistémique ; (ii) de nouveaux rapports entre sciences et éthiques ; (iii) la reconnaissance d’une chronodiversité dans les sciences. Ces conditions ne sont pas exclusives et elles opèrent à la façon d’hypothèses, c’est à dire pour donner à penser.


Une réflexion au sujet de « La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne »

  1. Chercheur indépendant, car non rattachée à un laboratoire, je m’interroge sur les moyens de mettre à la portée d’élèves du secondaire(dans lequel j’enseigne)le fruit de mes recherches en science politique.
    J’ai choisi un lycée technologique pour démocratiser cette tentative, je me propose d’en interroger les fondements.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *