Ethique, responsabilité, engagement. Figures de la réflexion critique

Défaire l’imbroglio « éthique, responsabilité, engagement »

L’éthique, la responsabilité des chercheurs, leur engagement, peuvent être pensés et assumés de multiples façons différentes. Que voulons-nous faire de ce que nous faisons ? Pourquoi le faisons-nous ? A qui cela doit-il appartenir ? A quoi cela doit-il être fidèle ? Quelle satisfaction en émerge ? Les questions sont diverses et surtout les manières d’y répondre peuvent être si éloignées qu’on en vient à douter du fait qu’elles répondent à la même question. Quelle commune mesure entre les projets « open source » qui se développent actuellement dans plusieurs disciplines, les manifestations pour « sauver la recherche », les « petites » résistances quotidiennes contre des modes de gestion, la démission pure et simple ? Difficile de trouver un rapport entre ces formes d’action, qui peuvent être collectives ou individuelles, renvoyer à des formes de protestation ou élaborer des espaces de projets, être vues comme des actes ou au contraire comme de la passivité. Et pourtant, tous ces cas peuvent renvoyer subjectivement à des modes d’investissement critique de la recherche scientifique.

Face à la complexité de ces formes d’engagement, mon premier réflexe serait donc d’essayer de mettre un peu d’ordre dans les modes d’investissement critiques. Non pas en établissant une typologie, mais plutôt en montrant des lignes d’opposition, entre des formes d’engagement qui ont pu être vécues comme antagonistes.

Une conférence de Grothendieck sur la responsabilité des savants

Et pour ce billet, je propose de partir d’un cas simple et néanmoins ancré dans une réalité historique qui a longtemps joué sur les représentations de l’engagement scientifique. Il s’agit d’un épisode arrivé lors d’une conférence du mathématicien Alexandre Grothendieck en 1970.

Grothendieck était l’un des mathématiciens les plus brillants de sa génération et en même temps une figure assez importante de la contre-culture militante. Il s’est beaucoup engagé contre les liens entre science et armée, contre le nucléaire, pour les énergies alternatives, etc. (voir ici pour une présentation de la revue qu’il a animée). Au début des années 1970, à une période charnière de l’évolution de sa réflexion politique, il a donné une série de conférences sur le sens de l’activité scientifique, conférences pendant lesquelles il critiquait l’attitude passive des scientifiques face à l’institution, leur acception résignée d’une instrumentalisation de leurs travaux et les risques de destruction de la planète engendrés par le couple science-militaire.

L’une de ces conférences, présentée le 26 juin 1970 à la faculté d’Orsay, est rapportée dans la revue Labocontestation, revue contestataire opposée à toute forme de hiérarchie dans les sciences (voir ici). Les auteurs racontent la conférence et se montrent très critiques envers Grothendieck, dont ils semblent trouver la posture de « savant responsable » tout à fait prétentieuse. Ainsi, dans le compte-rendu, des lignes d’opposition assez fortes apparaissent1.

Des personnages de dialogue platonicien

Comme dans un dialogue de Platon, les oppositions se dressent et expriment des tensions profondes. Tout d’abord, la position de Grothendieck. Il présente sa conférence sur le thème « la responsabilité du savant dans la société moderne ». Le thème peut être résumé ainsi : le développement du complexe militaroindustriel fait courir à l’ensemble de la planète un véritable risque d’anéantissement. Les chercheurs sont généralement mieux informés sur les enjeux scientifiques et techniques de ces développements et devraient faire pression sur les pouvoirs publics pour que cette situation cesse. Pourtant ils ne le font pas car la plupart d’entre eux ont accepté de collaborer en recevant par exemple des fonds d’origine militaire. Il s’agit donc selon Grothendieck d’alerter les scientifiques : ils ont du pouvoir et de l’influence, mais doivent en faire usage et refuser de collaborer avec les institutions qu’ils désapprouvent.

Face à Grothendieck, les auteurs du compte-rendu publié dans Labocontestation. Ils reprochent tout d’abord au mathématicien de parler à la place des autres, auréolé de son prestige de savant : « J-F : je constate qu’une réunion de jeunes et brillants mathématiciens n’est autre chose qu’une assemblée de fidèles écoutant respectueusement un sermon. Les classes, c’est ça : s’aplatir devant le Maître. » Ils dénoncent plus généralement son respect pour « la science ». Pour eux, le scandale n’est pas dans l’alliance entre science et militaire, mais plutôt dans le fait que la science cautionne un système économique et social profondément inégalitaire. « C : en continuant à faire de la recherche, on cautionne la structure sociale actuelle : le capitalisme et la division hiérarchique du travail. C’est ça le cancer.« 

Un troisième « personnage » intervient aussi au cours du dialogue, désigné par les auteurs en tant que « vieux Pugwash ». Pugwash est le mouvement lancé en 1957, à la suite de l’appel Russell-Einstein contre les armes nucléaires. Il s’agit d’un mouvement pacifiste de chercheurs scientifiques. Ici, le « vieux Pugwash » est à la fois en désaccord avec les auteurs de Labocontestation et Grothendieck. Avec ce dernier en particulier, il s’oppose car il le considère trop critique avec les scientifiques, qui ne disposent ni de la reconnaissance sociale, ni du pouvoir d’influence qu’ils devraient avoir. S’il se trouve plutôt en accord sur le fondement de la critique de Grothendieck autour de la question du lien science-militaire, en revanche il est plus sceptique lorsque celui-ci aborde la question du salaire des chercheurs ou de leur prestige. « Vous vous faites une dangereuse illusion sur le prestige et l’influence des scientifiques. Il a baissé depuis que les gouvernements ont compris qu’ils n’avaient plus besoin de scientifiques pour la fabrication d’armes nucléaires : ils l’ont remise entre les mains des ingénieurs et techniciens, et les crédits et le prestige de la recherche pure dégringolent.« .

Les lignes de conflit

Ce qui m’intéresse dans cette confrontation, c’est qu’elle fait émerger au moins trois conceptions de l’éthique, de la responsabilité ou de l’engagement scientifique : celle de Pugwash, celle de Grothendieck et celles des auteurs de Labocontestation. Ces conceptions ont à la fois à voir avec le rôle attribué à la science, avec le rôle attribué au scientifique comme « professionnel de la connaissance » et/ou comme citoyen, et avec la perception de l’urgence des problèmes à résoudre.

Pour Pugwash, dans ce dialogue, l’urgence est à l’opposition entre science et militaire, à la relégitimation de la science « pure » contre la science « appliquée » et instrumentalisée.

Pour Grothendieck, il s’agit de faire cesser les liens entre science et militaire également, mais surtout les chercheurs doivent prendre conscience de leurs responsabilités face à ce problème et ils doivent faire des choix individuels de parcours pour y mettre fin (je rappelle ici que Grothendieck a lui-même démissionné de l’Institut des Hautes Etudes Scientifiques en 1969 lorsqu’il a appris que celui-ci recevait des financements du ministère de la Défense).

Pour Labocontestation, l’urgence n’est pas à la critique de l’alliance science-armée, mais plutôt à la contestation d’un système socioéconomique inégalitaire, dans lequel les scientifiques jouent un rôle de caution en instituant des formes de prise de parole hiérarchisées (le professeur et ses élèves). Cette remise en cause doit passer par un engagement collectif et un certain refus de valoriser l’individu au profit du groupe.

Ethique, responsabilité, engagement ?

Au risque de dresser ici une schématisation un peu caricaturale, je propose de renvoyer ces positions aux notions d’éthique, de responsabilité et d’engagement. L’éthique incarnée par le pugwash exerce une remise en cause : celle de l’instrumentalisation de la science. Mais elle ne remet pas en cause la science elle-même, bien au contraire : plus celle-ci est « pure » et plus elle est valorisée.

La responsabilité chez Grothendieck est de l’ordre de l’implication individuelle. Les savants doivent prendre conscience de leur rôle et faire les décisions qui s’imposent. Mais cela passe par une pratique très individualiste – ne serait-ce que par l’organisation d’une telle conférence mettant en avant la position de Grothendieck.

L’engagement des auteurs de Labocontestation relève d’une remise en cause sociale globale (la science « dans » le système capitaliste) et d’une pratique collective dans laquelle le groupe importe plus que l’individu.

Bien entendu, il ne s’agit aucunement de hiérarchiser entre ces positions. D’une certaine façon, ce dialogue montre en particulier qu’elles s’entremêlent, se nourrissent les unes des autres. De même, je ne tiens pas absolument à cette typologie : il existe sans doute une éthique remettant en cause la « pureté » de la science, de même qu’il peut exister une responsabilité collective et un engagement individuel. Ce qui importe, c’est plutôt de montrer que ces postures portent des projets différents et qu’elles peuvent – momentanément – s’exclure. En fonction des moments de la réflexion, une personne recourra plutôt à une remise en cause radicale de sa pratique ou au contraire à la critique d’un aspect précis des conséquences de cette pratique. Elle choisira d’inscrire sa réflexion dans le cadre d’un collectif ou au contraire de la porter en son nom. Elle dénoncera un système social ou des fonctionnements localisés.

Mais à chaque fois, cela implique des choix : sur la position adoptée par rapport à la science, la forme de l’investissement privilégiée, la cause à rendre prioritaire. Et c’est déjà en explicitant la conflictualité de ces choix qu’on se donne les moyens d’y faire face.

Illustration tirée de la revue « Labo Contestation » n°2, p.53

1« Grothendieck, un savant responsable ? », Labo-contestation, 2, 1970, p.50-56


Une réflexion sur « Ethique, responsabilité, engagement. Figures de la réflexion critique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *