Des scientifiques entrepreneurs : pour des formations à une pratique de recherche responsable et réflexive

En septembre 2013, pour la première fois en Europe, deux écoles d’été ouvertes aux étudiants et chercheurs auront lieu pour discuter d’enjeux de responsabilité en recherche scientifique. Mélodie Faury nous a invités à témoigner du chemin que notre collectif a parcouru pour imaginer et construire de telles formations.

Etudiants en physique, biologie et chimie, nous nous sommes rencontrés dans l’environnement du Centre de Recherche Interdisciplinaire à Paris et via des activités associatives qui visaient l’ouverture sociale des formations scientifiques. Immergés dans une communauté interdisciplinaire, active, voire « activiste » dans le domaine éducatif, nous avons participé à des formations de Master et de thèse co-construites par les étudiants. Nous avons par ailleurs initié des actions sous un format associatif, par exemple pour répondre aux problèmes de la fraude scientifique. Ces engagements s’appuient sur une tentative de réflexivité qui était informellement encouragée au sein des formations que nous avons suivies. Par la suite, nous avons bénéficié d’une grande confiance qui a amené certains d’entre nous à diriger la conception et la mise en place de formations nouvelles1, alors que cela est administrativement réservé à des enseignants statutaires.

AJAgraphics3

Le monde de la recherche aujourd’hui pourrait en déprimer plus d’un ou plus d’une. Un regard sombre pourrait témoigner d’une communauté qui a perdu de sa crédibilité par des fraudes à répétition, qui s’est dévalorisée par la précarité et des niveaux de rémunération bas, qui s’est aliénée par des contraintes administratives excessives et arbitraires. Ainsi après 6 ans de prise d’initiatives, nous nous sommes heurtés au décalage entre un discours de soutien à l’innovation dans l’université française et son incapacité à valoriser les compétences requises pour mettre en œuvre les nécessaires évolutions de l’enseignement et des pratiques de recherche. Munis d’un solide sens de l’optimiste, nous ne nous sommes pas arrêtés à ce triste constat. Nous avons alors créé l’Atelier des Jours à Venir, une société coopérative d’intérêt collectif. Ce format coopératif assez rare (seulement 200 coopératives d’intérêt collectif en France) permet d’associer bénévoles, bénéficiaires des actions et salariés. L’expérimentation de ce format d’entreprise à but non lucratif au sein du monde académique rejoint une tendance européenne de développement de nouvelles formes « d’économie » de l’éducation et de la recherche, en lien plus ou moins étroit avec les institutions traditionnelles. Ainsi, certains d’entre nous poursuivent une carrière d’enseignement et de recherche au sein des institutions académiques (universités, centres de recherche, lycées) et contribuent bénévolement à la structure, d’autres s’impliquent à plein temps pour y développer des enseignements innovants, expérimenter de nouvelles formes d’actions « science et société » et interroger les démarches de recherche. Nos actions consistent à effectuer des « prestations d’enseignement » dans des universités en France et en Europe mais aussi à conseiller des acteurs éducatifs.

Nos démarches nous permettent de rebondir sur la vision pessimiste du monde de la recherche et de saisir quelques (rares) opportunités pour engager les étudiants et futurs chercheurs à mener des démarches réflexives, à décider de leurs postures, des enjeux de responsabilité auxquels ils doivent faire face individuellement et collectivement, et à inventer leurs modes d’action et d’expression de leur pratique de recherche.

Messages envoy&AOk-s)11582.png

En particulier, nous créons pour la première fois deux écoles d’été pour travailler collectivement sur ces axes. L’une s’intitule « responsibility in science », l’autre « extended scientific literacy ». Nous souhaitons impliquer une diversité de participants : des membres de la communauté des sciences naturelles autant que de celle des SHS,des académiques, des designers et des acteurs de la « culture scientifique », des étudiants et des chercheurs actifs. Loin des universités, sur la côte Basque, nous souhaitons créer les conditions pour un dialogue serein, et un engagement enthousiaste. Près des universités, nous proposerons à chacun de valider cette formation, et nous témoignerons par un événement à l’automne à Paris des choix de responsabilités qui y auront été décidés, des formats de partage qui y auront été initiés.

Ces formations que nous créons prennent ici la forme d’écoles d’été, et ailleurs la forme de cours sur 2 à 3 jours in situ, dans les universités. Elles sont à l’intersection entre une démarche de questionnement et d’action. Elles explorent les modalités qui pourront permettre à chaque étudiant ou chercheur de décider de sa posture en tant qu’acteur du monde académique. D’autres formations restent à inventer. Nous explorons ainsi la possibilité de co-construire avec des étudiants en médecine un moment d’exploration des postures en médecine et recherche biomédicale.

Nous continuons par ailleurs à être des acteurs de la culture scientifique, en développant de nouvelles approches de partage de la démarche de recherche avec les citoyens, ou en explorant des convergences inédites, comme des combinaisons entre conférences-débat scientifiques et théâtre de marionnettes.

Comme nous le faisons avec Mélodie Faury avec qui nous avons créé certains enseignements (ceux de sciences sociales au sein de la Licence Frontières du Vivant, ceux à Science Po) et qui nous a invités à témoigner de cette démarche sur ce blog, nous serons heureux de dialoguer avec des personnes qui partagent la forme de réflexivité que nous essayons de mener et à laquelle nous invitons les participants à nos formations.

Livio Riboli-Sasco

  1. Licence Frontières du Vivant []