Penser la recherche, collectivement et par l’interdisciplinarité

Le carnet “Penser la recherche” porte sur les notions de réflexivité et de responsabilité dans les pratiques de recherche et l’enseignement supérieur actuels. Ce carnet accueille une réflexion collective et interdisciplinaire sur ces questions.

Il y a quelques mois, la Fondation Charles Leopold Mayer me confiait une responsabilité :

celle “d’organiser des conversations chez les chercheurs (ou plus largement scientifiques) pour faire émerger leurs expériences, leurs questionnements, leurs doutes, leurs convictions et défis, en concentrant la réflexion sur leurs responsabilités dans l’exercice de leur profession.”

L’objectif est le suivant : construire un document de réflexion et de propositions quant à cette idée de (co)responsabilité des scientifiques, dans le cadre plus large d’une réflexion menée en parallèle de manière locale et internationale, et souhaitant tenir compte des spécificités des réalités professionnelles. L’enjeu du programme “Éthique et responsabilité” de la fondation Charles Leopold Mayer est très large et s’articule à différentes échelles. Celui d’une réflexion sur la spécificité de la responsabilité liées aux pratiques scientifiques, et en particulier aux pratiques de chercheurs, puisque ce sont celles sur lesquelles j’ai choisi de me concentrer, me paraît tout à fait vaste également. J’y vois d’abord un défi de dialogue et d’inter-compréhension interdisciplinaire, à prendre à bras le corps, puis à ouvrir au croisement avec d’autres perspectives, celles des relations entre sciences et société.

J’ouvre donc une réflexion collective dans ce carnet, pour commencer par échanger des points de vue, des ressources, des idées, des retours d’expérience de recherche et de formation, sur les questions de responsabilité.

Ce carnet sera donc un lieu numérique vivant, mouvant, en construction. L’expérience de la Villa réflexive montre chaque mois combien les espaces numériques de recherche et de réflexion peuvent être riches pour croiser les regards sur un objet choisi comme objet commun, interdisciplinaire.

Le carnet “Penser la recherche” accueillera :

– des articles rédigés par le comité de rédaction et par des auteurs invités par le comité de rédaction ;

– des articles soumis par les lecteurs du carnet, publiés sur décision du comité de rédaction ;

– des articles re-publiés, avec l’autorisation des auteur.e.s

La question de la responsabilité dans les pratiques de recherches, et plus largement dans les pratiques scientifiques, sera abordée selon différentes perspectives, qui se matérialiseront par des catégories, constituant autant de chapitres sur cette question.

Ainsi, la responsabilité sera notamment abordée depuis le point de vue :

– des STS (Science and Technological Studies) ;

– de la philosophie ;

– de la linguistique ;

– des sciences de l’information et de la communication ;

A ces perspectives de recherche seront associées des retours réflexifs sur des expériences :

– de pratiques de recherche en sciences exactes et expérimentales ;

– de pratiques de recherche en sciences humaines et sociales ;

– d’enseignements science-société ;

– de participation à des dispositifs de médiation science-société ;

– d’expériences de recherche numérique ;

Dès le début de cette réflexion collective, j’articule étroitement l’idée de “responsabilité” à celle de “réflexivité”. En effet, si l’on considère a priori (mais ce point pourra lui-même faire l’objet de discussions) que l’idée de responsabilité réside dans les choix que l’on fait, dans les pratiques de recherches et les pratiques scientifiques en société (pour faire vite), il paraît avant tout nécessaire d’identifier et d’expliciter ces choix, quotidiens (publication, évaluation, etc.) ou plus ponctuels, ainsi que les espaces de liberté relatifs.

En ce qui concerne la perspective que je développerai dans ce carnet, je choisis donc pour commencer d’aborder la notion de responsabilité par l’idée des choix individuels et collectifs, dans la recherche et avec la société. Cela nous évitera, ce qui n’est pas négligeable à mon sens, de focaliser d’emblée la discussion exclusivement autour de l’idée de responsabilité des applications de la recherche, qui occulte une grande partie des problématiques liées à l’idée de responsabilité des scientifiques.

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.