« Sciences co-responsables » – Les vidéos du colloque étudiant sont en ligne

L’ensemble des vidéos du colloque interdisciplinaire  « Sciences co-responsables », organisé par les étudiants en M1 Biosciences de l’ENS de Lyon, en janvier 2013,  sont disponibles en ligne.

Introductions au principe de ce colloque, organisé par les étudiants

.

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Des scientifiques entrepreneurs : pour des formations à une pratique de recherche responsable et réflexive

En septembre 2013, pour la première fois en Europe, deux écoles d’été ouvertes aux étudiants et chercheurs auront lieu pour discuter d’enjeux de responsabilité en recherche scientifique. Mélodie Faury nous a invités à témoigner du chemin que notre collectif a parcouru pour imaginer et construire de telles formations.

Etudiants en physique, biologie et chimie, nous nous sommes rencontrés dans l’environnement du Centre de Recherche Interdisciplinaire à Paris et via des activités associatives qui visaient l’ouverture sociale des formations scientifiques. Immergés dans une communauté interdisciplinaire, active, voire « activiste » dans le domaine éducatif, nous avons participé à des formations de Master et de thèse co-construites par les étudiants. Nous avons par ailleurs initié des actions sous un format associatif, par exemple pour répondre aux problèmes de la fraude scientifique. Ces engagements s’appuient sur une tentative de réflexivité qui était informellement encouragée au sein des formations que nous avons suivies. Par la suite, nous avons bénéficié d’une grande confiance qui a amené certains d’entre nous à diriger la conception et la mise en place de formations nouvelles1, alors que cela est administrativement réservé à des enseignants statutaires.

AJAgraphics3

Le monde de la recherche aujourd’hui pourrait en déprimer plus d’un ou plus d’une. Un regard sombre pourrait témoigner d’une communauté qui a perdu de sa crédibilité par des fraudes à répétition, qui s’est dévalorisée par la précarité et des niveaux de rémunération bas, qui s’est aliénée par des contraintes administratives excessives et arbitraires. Ainsi après 6 ans de prise d’initiatives, nous nous sommes heurtés au décalage entre un discours de soutien à l’innovation dans l’université française et son incapacité à valoriser les compétences requises pour mettre en œuvre les nécessaires évolutions de l’enseignement et des pratiques de recherche. Munis d’un solide sens de l’optimiste, nous ne nous sommes pas arrêtés à ce triste constat. Nous avons alors créé l’Atelier des Jours à Venir, une société coopérative d’intérêt collectif. Ce format coopératif assez rare (seulement 200 coopératives d’intérêt collectif en France) permet d’associer bénévoles, bénéficiaires des actions et salariés. L’expérimentation de ce format d’entreprise à but non lucratif au sein du monde académique rejoint une tendance européenne de développement de nouvelles formes « d’économie » de l’éducation et de la recherche, en lien plus ou moins étroit avec les institutions traditionnelles. Ainsi, certains d’entre nous poursuivent une carrière d’enseignement et de recherche au sein des institutions académiques (universités, centres de recherche, lycées) et contribuent bénévolement à la structure, d’autres s’impliquent à plein temps pour y développer des enseignements innovants, expérimenter de nouvelles formes d’actions « science et société » et interroger les démarches de recherche. Nos actions consistent à effectuer des « prestations d’enseignement » dans des universités en France et en Europe mais aussi à conseiller des acteurs éducatifs.

Nos démarches nous permettent de rebondir sur la vision pessimiste du monde de la recherche et de saisir quelques (rares) opportunités pour engager les étudiants et futurs chercheurs à mener des démarches réflexives, à décider de leurs postures, des enjeux de responsabilité auxquels ils doivent faire face individuellement et collectivement, et à inventer leurs modes d’action et d’expression de leur pratique de recherche.

Messages envoy&AOk-s)11582.png

En particulier, nous créons pour la première fois deux écoles d’été pour travailler collectivement sur ces axes. L’une s’intitule « responsibility in science », l’autre « extended scientific literacy ». Nous souhaitons impliquer une diversité de participants : des membres de la communauté des sciences naturelles autant que de celle des SHS,des académiques, des designers et des acteurs de la « culture scientifique », des étudiants et des chercheurs actifs. Loin des universités, sur la côte Basque, nous souhaitons créer les conditions pour un dialogue serein, et un engagement enthousiaste. Près des universités, nous proposerons à chacun de valider cette formation, et nous témoignerons par un événement à l’automne à Paris des choix de responsabilités qui y auront été décidés, des formats de partage qui y auront été initiés.

Ces formations que nous créons prennent ici la forme d’écoles d’été, et ailleurs la forme de cours sur 2 à 3 jours in situ, dans les universités. Elles sont à l’intersection entre une démarche de questionnement et d’action. Elles explorent les modalités qui pourront permettre à chaque étudiant ou chercheur de décider de sa posture en tant qu’acteur du monde académique. D’autres formations restent à inventer. Nous explorons ainsi la possibilité de co-construire avec des étudiants en médecine un moment d’exploration des postures en médecine et recherche biomédicale.

Nous continuons par ailleurs à être des acteurs de la culture scientifique, en développant de nouvelles approches de partage de la démarche de recherche avec les citoyens, ou en explorant des convergences inédites, comme des combinaisons entre conférences-débat scientifiques et théâtre de marionnettes.

Comme nous le faisons avec Mélodie Faury avec qui nous avons créé certains enseignements (ceux de sciences sociales au sein de la Licence Frontières du Vivant, ceux à Science Po) et qui nous a invités à témoigner de cette démarche sur ce blog, nous serons heureux de dialoguer avec des personnes qui partagent la forme de réflexivité que nous essayons de mener et à laquelle nous invitons les participants à nos formations.

Livio Riboli-Sasco

  1. Licence Frontières du Vivant []

Initier la discussion par le retour d’expérience – Le cours « Sciences et Société : éthique et communication scientifiques » de l’ENS de Lyon

Dans le cadre de la conférence « Ethics and Responsibility », qui a eu lieu du 27 au 29 novembre 2011, je suis revenue sur l’expérience de cours « Sciences et Société : éthique et communication scientifique » que nous co-organisons avec Ioan Negrutiu à l’ENS de Lyon. Si je partage ici cette vidéo, c’est pour qu’elle puisse nous amener à initier et poursuivre des échanges sur la question de la formation à l’éthique, à la responsabilité et à la réflexivité des futurs scientifiques (chercheurs, ingénieurs, …), sur les enjeux de ces formations.

Mélodie Faury, doctorante en Sciences Information et Communication, C2So de l’Ecole Normale Sup. from almedio TV on Vimeo.

 

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« Sciences co-responsables » – Colloque interdisciplinaire – 7 janvier 2013 à Lyon

Inscriptions en ligne

Site internet

Pourquoi le colloque « Sciences co-responsables » ?

Nous, les étudiants du Master « BioSciences » de l’ENS de Lyon, clôturons notre cours de M1 « Science et société » par un colloque de synthèse et de débat, que nous avons organisé, à partir de nos questionnements.

La notion de responsabilité a été le fil rouge du cours cette année, qu’il s’agisse des domaines de la biologie ayant trait à la santé ou à l’environnement. Hans Jonas et son « Principe de responsabilité », mais aussi Michel Serres revisitant son « Contrat naturel » lors des « Entretiens de la cité » à Lyon ont jalonné nos discussions et débats, de manière explicite ou implicite.

Le colloque s’ouvre sur les questions posées par « L’appel pour une gouvernance mondiale solidaire et responsable ».

L’Appel, lancé par le Collegium International le 6 mars 2012 (parmi les signataires, Edgar Morin, Michel Rocard, Stéphane Hessel, Mireille Delmas-Marty, Peter Sloterdijk, Richard von Weizsächer), et veut rendre notre monde plus solidaire et responsable.

Une co-responsabilité donc dans cette « polycrise » renfermant des phénomènes fortement interconnectés. Ce colloque est en outre organisé dans un contexte de réflexion globale sur les questions de responsabilité, dans différents réseaux professionnels et dans divers contextes géographiques comme en témoigne, par exemple, le programme « Ethique et responsabilité » porté par la fondation Charles Leopold Mayer.

Programme du colloque

Programme « Sciences co-responsables »

9h : Accueil

9h30 : Début du colloque, introduction :

  • Juliette Grange, Université François Rabelais Tours
  • Mélodie Faury, ENS Lyon
  • Ioan Negrutiu, ENS Lyon

10h30 : Pause

10h45 : Thème 1 : Quelle place pour l’esprit critique dans l’institution ?

  • Jean-François Bouvet
  • Jean Bricmont, Université catholique Louvain-la-Neuve
  • Fabien Mongelard, ENS Lyon
  • Girolamo Ramunni, CNAM Paris
  • Yannick Essertel

12h15 : Buffet

13h30 : Thème 2 : L’expérimentation : éthique et responsabilité

  • Anne-Laure Morin, Université de Créteil Paris
  • Madeleine Duc Dodon, ENS Lyon
  • Samuel Vidal, ENV Lyon

15h00 : Pause café-goûter

15h30 : Thème 3 : Publication : éthique et responsabilité

  • Lucienne Letellier, CNRS
  • Sabine Quindou

17h00 : Conclusion

  • Léo Coutellec, INSA Lyon
  • Nicolas Lechopier, Faculté de médecine Lyon
  • Joëlle Le Marec, Université Diderot Paris
  • Livio Riboli-Sasco, Université Descartes Paris

18h00 : Fin

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Ethique, responsabilité, engagement. Figures de la réflexion critique

Défaire l’imbroglio « éthique, responsabilité, engagement »

L’éthique, la responsabilité des chercheurs, leur engagement, peuvent être pensés et assumés de multiples façons différentes. Que voulons-nous faire de ce que nous faisons ? Pourquoi le faisons-nous ? A qui cela doit-il appartenir ? A quoi cela doit-il être fidèle ? Quelle satisfaction en émerge ? Les questions sont diverses et surtout les manières d’y répondre peuvent être si éloignées qu’on en vient à douter du fait qu’elles répondent à la même question. Quelle commune mesure entre les projets « open source » qui se développent actuellement dans plusieurs disciplines, les manifestations pour « sauver la recherche », les « petites » résistances quotidiennes contre des modes de gestion, la démission pure et simple ? Difficile de trouver un rapport entre ces formes d’action, qui peuvent être collectives ou individuelles, renvoyer à des formes de protestation ou élaborer des espaces de projets, être vues comme des actes ou au contraire comme de la passivité. Et pourtant, tous ces cas peuvent renvoyer subjectivement à des modes d’investissement critique de la recherche scientifique.

Face à la complexité de ces formes d’engagement, mon premier réflexe serait donc d’essayer de mettre un peu d’ordre dans les modes d’investissement critiques. Non pas en établissant une typologie, mais plutôt en montrant des lignes d’opposition, entre des formes d’engagement qui ont pu être vécues comme antagonistes.

Une conférence de Grothendieck sur la responsabilité des savants

Et pour ce billet, je propose de partir d’un cas simple et néanmoins ancré dans une réalité historique qui a longtemps joué sur les représentations de l’engagement scientifique. Il s’agit d’un épisode arrivé lors d’une conférence du mathématicien Alexandre Grothendieck en 1970.

Grothendieck était l’un des mathématiciens les plus brillants de sa génération et en même temps une figure assez importante de la contre-culture militante. Il s’est beaucoup engagé contre les liens entre science et armée, contre le nucléaire, pour les énergies alternatives, etc. (voir ici pour une présentation de la revue qu’il a animée). Au début des années 1970, à une période charnière de l’évolution de sa réflexion politique, il a donné une série de conférences sur le sens de l’activité scientifique, conférences pendant lesquelles il critiquait l’attitude passive des scientifiques face à l’institution, leur acception résignée d’une instrumentalisation de leurs travaux et les risques de destruction de la planète engendrés par le couple science-militaire.

L’une de ces conférences, présentée le 26 juin 1970 à la faculté d’Orsay, est rapportée dans la revue Labocontestation, revue contestataire opposée à toute forme de hiérarchie dans les sciences (voir ici). Les auteurs racontent la conférence et se montrent très critiques envers Grothendieck, dont ils semblent trouver la posture de « savant responsable » tout à fait prétentieuse. Ainsi, dans le compte-rendu, des lignes d’opposition assez fortes apparaissent1.

Des personnages de dialogue platonicien

Comme dans un dialogue de Platon, les oppositions se dressent et expriment des tensions profondes. Tout d’abord, la position de Grothendieck. Il présente sa conférence sur le thème « la responsabilité du savant dans la société moderne ». Le thème peut être résumé ainsi : le développement du complexe militaroindustriel fait courir à l’ensemble de la planète un véritable risque d’anéantissement. Les chercheurs sont généralement mieux informés sur les enjeux scientifiques et techniques de ces développements et devraient faire pression sur les pouvoirs publics pour que cette situation cesse. Pourtant ils ne le font pas car la plupart d’entre eux ont accepté de collaborer en recevant par exemple des fonds d’origine militaire. Il s’agit donc selon Grothendieck d’alerter les scientifiques : ils ont du pouvoir et de l’influence, mais doivent en faire usage et refuser de collaborer avec les institutions qu’ils désapprouvent.

Face à Grothendieck, les auteurs du compte-rendu publié dans Labocontestation. Ils reprochent tout d’abord au mathématicien de parler à la place des autres, auréolé de son prestige de savant : « J-F : je constate qu’une réunion de jeunes et brillants mathématiciens n’est autre chose qu’une assemblée de fidèles écoutant respectueusement un sermon. Les classes, c’est ça : s’aplatir devant le Maître. » Ils dénoncent plus généralement son respect pour « la science ». Pour eux, le scandale n’est pas dans l’alliance entre science et militaire, mais plutôt dans le fait que la science cautionne un système économique et social profondément inégalitaire. « C : en continuant à faire de la recherche, on cautionne la structure sociale actuelle : le capitalisme et la division hiérarchique du travail. C’est ça le cancer.« 

Un troisième « personnage » intervient aussi au cours du dialogue, désigné par les auteurs en tant que « vieux Pugwash ». Pugwash est le mouvement lancé en 1957, à la suite de l’appel Russell-Einstein contre les armes nucléaires. Il s’agit d’un mouvement pacifiste de chercheurs scientifiques. Ici, le « vieux Pugwash » est à la fois en désaccord avec les auteurs de Labocontestation et Grothendieck. Avec ce dernier en particulier, il s’oppose car il le considère trop critique avec les scientifiques, qui ne disposent ni de la reconnaissance sociale, ni du pouvoir d’influence qu’ils devraient avoir. S’il se trouve plutôt en accord sur le fondement de la critique de Grothendieck autour de la question du lien science-militaire, en revanche il est plus sceptique lorsque celui-ci aborde la question du salaire des chercheurs ou de leur prestige. « Vous vous faites une dangereuse illusion sur le prestige et l’influence des scientifiques. Il a baissé depuis que les gouvernements ont compris qu’ils n’avaient plus besoin de scientifiques pour la fabrication d’armes nucléaires : ils l’ont remise entre les mains des ingénieurs et techniciens, et les crédits et le prestige de la recherche pure dégringolent.« .

Les lignes de conflit

Ce qui m’intéresse dans cette confrontation, c’est qu’elle fait émerger au moins trois conceptions de l’éthique, de la responsabilité ou de l’engagement scientifique : celle de Pugwash, celle de Grothendieck et celles des auteurs de Labocontestation. Ces conceptions ont à la fois à voir avec le rôle attribué à la science, avec le rôle attribué au scientifique comme « professionnel de la connaissance » et/ou comme citoyen, et avec la perception de l’urgence des problèmes à résoudre.

Pour Pugwash, dans ce dialogue, l’urgence est à l’opposition entre science et militaire, à la relégitimation de la science « pure » contre la science « appliquée » et instrumentalisée.

Pour Grothendieck, il s’agit de faire cesser les liens entre science et militaire également, mais surtout les chercheurs doivent prendre conscience de leurs responsabilités face à ce problème et ils doivent faire des choix individuels de parcours pour y mettre fin (je rappelle ici que Grothendieck a lui-même démissionné de l’Institut des Hautes Etudes Scientifiques en 1969 lorsqu’il a appris que celui-ci recevait des financements du ministère de la Défense).

Pour Labocontestation, l’urgence n’est pas à la critique de l’alliance science-armée, mais plutôt à la contestation d’un système socioéconomique inégalitaire, dans lequel les scientifiques jouent un rôle de caution en instituant des formes de prise de parole hiérarchisées (le professeur et ses élèves). Cette remise en cause doit passer par un engagement collectif et un certain refus de valoriser l’individu au profit du groupe.

Ethique, responsabilité, engagement ?

Au risque de dresser ici une schématisation un peu caricaturale, je propose de renvoyer ces positions aux notions d’éthique, de responsabilité et d’engagement. L’éthique incarnée par le pugwash exerce une remise en cause : celle de l’instrumentalisation de la science. Mais elle ne remet pas en cause la science elle-même, bien au contraire : plus celle-ci est « pure » et plus elle est valorisée.

La responsabilité chez Grothendieck est de l’ordre de l’implication individuelle. Les savants doivent prendre conscience de leur rôle et faire les décisions qui s’imposent. Mais cela passe par une pratique très individualiste – ne serait-ce que par l’organisation d’une telle conférence mettant en avant la position de Grothendieck.

L’engagement des auteurs de Labocontestation relève d’une remise en cause sociale globale (la science « dans » le système capitaliste) et d’une pratique collective dans laquelle le groupe importe plus que l’individu.

Bien entendu, il ne s’agit aucunement de hiérarchiser entre ces positions. D’une certaine façon, ce dialogue montre en particulier qu’elles s’entremêlent, se nourrissent les unes des autres. De même, je ne tiens pas absolument à cette typologie : il existe sans doute une éthique remettant en cause la « pureté » de la science, de même qu’il peut exister une responsabilité collective et un engagement individuel. Ce qui importe, c’est plutôt de montrer que ces postures portent des projets différents et qu’elles peuvent – momentanément – s’exclure. En fonction des moments de la réflexion, une personne recourra plutôt à une remise en cause radicale de sa pratique ou au contraire à la critique d’un aspect précis des conséquences de cette pratique. Elle choisira d’inscrire sa réflexion dans le cadre d’un collectif ou au contraire de la porter en son nom. Elle dénoncera un système social ou des fonctionnements localisés.

Mais à chaque fois, cela implique des choix : sur la position adoptée par rapport à la science, la forme de l’investissement privilégiée, la cause à rendre prioritaire. Et c’est déjà en explicitant la conflictualité de ces choix qu’on se donne les moyens d’y faire face.

Illustration tirée de la revue « Labo Contestation » n°2, p.53

1« Grothendieck, un savant responsable ? », Labo-contestation, 2, 1970, p.50-56

La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne

Accoler le terme épistémique à celui de démocratie ne va pas de soi. Il s’agit là, à première vue, d’une forme d’impossible ; bien que les rapports pouvoir/savoir ne soient pas étrangers à la rencontre de ces deux termes. Dans ce cadre, la démocratie épistémique serait une forme de juste redistribution du pouvoir entre les porteurs de savoirs.

Mon utilisation de ce concept part du postulat selon lequel la démocratisation des rapports entre sciences et sociétés ne se fera pas sans une démocratisation de la science elle-même. Une autre façon de dire que les débats actuels sur une ouverture de la science à la société ou sur un meilleur dialogue entre sciences et sociétés ne doivent pas servir d’alibi pour laisser intact l’efficace et la suffisance de la science. Mais la démocratie épistémique ne sera pas seulement une démocratie dialogique ou technique, selon des propositions qui peuvent être faites par ailleurs en sociologie des sciences (et qui ont tout leur intérêt), mais une intervention au cœur de la science, au sein de sa matérialité. L’enjeu, pour moi, est donc principalement épistémologique, même si je tiens à identifier les conséquences dont la portée sera éthique. L’enjeu est de ne plus dépendre d’une épistémologie implicite de la science qui favorise une forme d’impérialisme épistémique et dont les fondements sont véritablement problématiques.

 Je pose une série de question que ce carnet de recherche devra considérer :

le concept de science peut-il être repenser par le pluralisme ? Comment penser le pluralisme épistémique dans les sciences ? Comment ne pas faire dépendre l’épistémologie d’une science particulière ? Que veut dire inventer en épistémologie ? Que peut l’épistémologie pour pacifier les liens entre sciences et éthiques ?

Je commence ce carnet par la publication d’une série de trois textes qui exposent trois premières conditions à une démocratie épistémique : (i) un pluralisme épistémique ; (ii) de nouveaux rapports entre sciences et éthiques ; (iii) la reconnaissance d’une chronodiversité dans les sciences. Ces conditions ne sont pas exclusives et elles opèrent à la façon d’hypothèses, c’est à dire pour donner à penser.

La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne – Slow Science : cultiver la chronodiversité dans les sciences (3/3)

Dans une série de trois articles, Léo Coutellec, docteur en philosophie, nous propose de penser les rapports entre science et société, et fais reposer la condition d’existence d’une science citoyenne sur l’idée de démocratie épistémique :

« La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne »
La démocratisation des rapports entre science et société ne se fera pas sans une démocratisation de la science elle-même

Que veut dire inventer en épistémologie ? Comment établir et penser des rapports démocratiques entre sciences et éthiques ? Peut-on penser une intégrité des sciences à la fois épistémique et éthique ? Comment construire une épistémologie non-standard et une éthique générique ?

Les articles publiés sur Penser la recherche ont initialement été publiés sur son blog personnel Savoirs [en] commun[s], dans la Chronique des Concepts, entre janvier et juillet 2012.

Le pluralisme épistémique (1/3)
De nouveaux rapports entre sciences et éthiques (2/3)
– Slow Science : cultiver la chronodiversité dans les sciences (3/3)

Slow Science : cultiver la chronodiversité dans les sciences

Dans notre recherche des conditions minimales d’une démocratie épistémique, nous avons rencontré la question du pluralisme (condition épistémologique) et celle des rapports entre sciences et éthiques (condition éthique). Nous clôturons ici par une troisième condition (condition socio-anthopologique), celle de l’identification des motifs temporels de la science et de la reconnaissance d’une forme de chronodiversité. Nous partons de l’hypothèse selon laquelle la recherche est touchée, au même titre que toutes les activités humaines, par le phénomène généralisé d’accélération de la société, remarquablement étudié par le sociologue allemand Hartmut Rosa[1]. La culture de l’immédiateté et de l’urgence n’épargne pas la science, elle en deviendrait même le principe organisateur : publier plus et plus vite, gagner la course des appels à projet, accélérer « les processus d’innovation »[2], être compétitif, … Partiellement dépendant de la rhétorique du retard et de la compétition, le motif temporel de l’accélération est difficile à caractériser car il semble agir comme un motif auto-justificateur complètement intégré dans les dynamiques actuelles de mutation de la recherche. En utilisant le cadre proposé par H. Rosa dans sa théorie critique de l’accélération, il nous serait possible de caractériser le motif temporel de l’accélération selon deux aspects : la normativité silencieuse du temps et les processus de dé-synchronisation. Nous n’approfondirons pas plus le contenu de ces deux aspects du motif temporel de l’accélération, cela pourra faire l’objet d’un autre article. Ici, nous dessinons le contexte politique et épistémologique de son émergence et les voies nouvelles qu’il permet de penser, notamment à travers le concept de Slow Science. Cela implique de revenir brièvement sur l’état actuel de crise, non pas de la science, mais du concept de science que nous caractériserons comme étant à la fois une crise des institutions et des politiques scientifiques et une crise épistémologique et éthique à propos des savoirs.

 

Une crise des institutions et des politiques scientifiques …

Face aux mutations actuelles de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), les raisons de  s’indigner ne manquent pas : cultes de l’excellence et de la compétition de tous contre tous qui déguisent une gestion infâme de la pénurie budgétaire liée au désengagement financier de l’État ; montée en puissance de la posture instrumentale, de l’économisme, des méthodes managériales et de la culture du projet (le New Public Management) ; généralisation du précariat, incitation à la mobilité et à la flexibilité ; casse des institutions en place par fusion, recomposition, concentration sur critères économiques … Autant de constats qui sont à mettre en perspective directe avec la re-configuration profonde du paysage de l’ESR, initiée avec la « stratégie de Lisbonne » et la promotion d’une « économie capitaliste de la connaissance ». Cela se traduit en France par un ensemble de mesures (LRU, RGPP, AERES, Labex, Idex, …) qui visent toutes à promouvoir « la rentabilité plutôt que l’intérêt général, la compétition plutôt que la coopération, la concurrence plutôt que la solidarité, l’utilité productiviste plutôt que l’amélioration du bien être collectif »[3]. Les slogans parlent d’eux-mêmes, par exemple l’Idex[4] Toulouse entend « faire de Toulouse le fer de lance français de la compétition mondiale pour la suprématie de la connaissance ». Le constat est donc sans ambiguïté, il est largement documenté[5].

… qui s’accompagne d’une crise profonde du concept de science

Mais ce constat ne peut s’arrêter à ces considérations structurelles. Ainsi, tout comme le capitalisme est aussi un mode de vie et une façon de penser, les réformes actuelles de l’ESR s’accompagnent de l’avènement d’une nouvelle pratique de la science, d’un nouveau mode de pensée et d’être au travail (« macdonalisation des styles de vie académiques »[6]) et, finalement, d’un nouveau rapport aux savoirs. Celui-ci peut se définir ainsi : homogénéisation/standardisation des démarches scientifiques par la promotion d’un impérialisme épistémique (ex. : centralité du concept de risque dans l’évaluation des techniques) ; évaluation des compétences essentiellement quantitative avec une forte pression à la publication ; des rythmes de productions devenus déraisonnables ; augmentation des articles erronés ou frauduleux ; obsolescence des publications scientifiques ; épuration éthique pour étendre dans les sciences l’ « empire du moindre mal » libéral (Michéa) ; promotion de connaissances considérées comme utiles, rentables, légitimes, stables au détriment de connaissances non directement rentables, non-standards, instables ; promotion de solutions miracles (technologies lourdes et coûteuses) plutôt que la multiplication de l’imparfait (multiplicité de techniques locales et adaptées) ; sur-détermination du rôle de l’expert et des savoirs experts au détriment des savoirs citoyens ou populaires ; dévalorisation ou instrumentalisation des sciences humaines et sociales au profit des sciences dites « dures » ; incompréhension croissante sur ce que peut la science ou la technique (remède ou poison ?, ange ou démon ?).

 

Résister, c’est créer : vers un mouvement Slow Science

Nous ne pouvons donc qu’être solidaire de tous les appels qui visent à remettre en cause ce mouvement de régression dans l’ESR, facteur de mal-être, de perte de sens, de gâchis. Mais nous disons également, et en même temps, qu’il est impossible de réduire nos résistances aux seules revendications sur les aspects structurels ou financiers. Si celles-ci sont nécessaires, nous considérons qu’il convient aussi de mener de front un autre chantier, épistémologique et éthique celui-ci, sur le concept de science lui-même. De quoi parle-t-on lorsque l’on parle de science ? Quelle science voulons-nous ? Pourquoi faire ? Au service de quels projets ? A notre avis, il ne suffit pas de brandir la conception de la science des Lumières en modèle. Nous devons faire un effort de création épistémologique à la hauteur des enjeux actuels. Résister, c’est aussi créer. Il est bien souvent plus facile de dire ce que nous ne voulons pas que de dessiner un projet désirable pour la science. Nous proposons ici une ouverture avec le concept de Slow Science qui n’a pas vocation à être une solution mais plutôt un horizon. L’appel à la fondation d’un mouvement Slow Science en France, lancé en 2011 par l’anthropologue Joel Candau, est très explicite : « Chercher, réfléchir, lire, écrire, enseigner demande du temps. Ce temps, nous ne l’avons plus, ou de moins en moins. Nos institutions et, bien au-delà, la pression sociétale promeuvent une culture de l’immédiateté, de l’urgence, du temps réel, des flux tendus, des projets qui se succèdent à un rythme toujours plus rapide. Tout cela se fait non seulement aux dépens de nos vies – tout collègue qui n’est pas surmené, stressé, « surbooké » passe aujourd’hui pour original, aboulique ou paresseux -, mais aussi au détriment de la science. La Fast Science, tout comme le Fast Food, privilégie la quantité sur la qualité. »[7].

 

Slow science, slow food : convergences de valeurs et de postures

L’émergence d’un mouvement Slow Science peut-être un bon point d’appui pour élaborer collectivement une nouvelle conception et une nouvelle pratique de la science. Nous avons besoin d’un mouvement qui définisse la science comme une oeuvre d’intérêt général au service d’un monde commun, un mouvement qui appelle à ralentir dans les sciences pour promouvoir et élaborer des savoirs de qualité, un mouvement qui ne se contente pas de résister aux multiples attaques contre

l’ESR public mais qui, en même temps, propose un autre rapport aux savoirs.

Finalement, un mouvement qui sache tirer toutes les potentialités de son grand frère, le mouvement Slow food créé en 1989 par Carlo Petrini et dont le principal objectif est de promouvoir un autre rapport à l’alimentation. Que ce soit pour sortir du productivisme agricole (produire pour produire) et de la junk-consommation ou du productivisme scientifique (publier pour publier) et de la consommation aveugle de connaissances et de techniques, les mêmes valeurs et postures peuvent être mobilisées. Dans les deux cas, il s’agit bien de faire moins mais mieux, plus consciemment et avec le plus grand nombre. Tout comme il faut du temps pour la dégustation, il faut du temps pour élaborer des savoirs de qualité. L’idée n’est pas de faire du ralentissement une nouvelle norme qui remplacerait celle de l’accélération mais plutôt de respecter une forme de chrono-diversité inhérente à l’élaboration des savoirs et où la lenteur aurait toute sa place. Tout comme Slow food met au centre de ses préoccupations l’éducation au goût, il s’agirait pour un mouvement Slow Science de ré-investir la question de la culture scientifique et technique pour ne pas réduire la science à une accumulation de savoirs stables, désincarnés, académiques et la technique à une simple application de la science. L’histoire, la sociologie, l’éthique et la philosophie des sciences et des techniques interviendraient alors comme des savoirs structurants (et non pas comme des suppléments d’âmes pour scientifiques en mal de lettres …) pour développer l’esprit critique dans les sciences et à propos des sciences.

 

La chrono-diversité, condition d’une science ouverte

Ce respect de la chronodiversité dans les sciences est à notre avis une condition centrale d’une démocratie épistémique et pourrait être le coeur de la philosophie Slow Science. Elle donne à la science la possibilité d’élaborer des savoirs pluriels (postuler un pluralisme épistémique et dé-hiérarchiser les disciplines), impliquées (postuler la non-neutralité axiologique de la science) et citoyens (postuler la capacité pour le citoyen d’être co-producteur de savoirs). Tout comme pour Slow Food « manger est un acte agricole », pour Slow Science « savoir est un acte citoyen ». Tout comme des consommateurs informés et conscients de l’impact de leurs choix sur les logiques de production alimentaire et sur la vie des producteurs deviennent ainsi co-producteurs d’un nouveau modèle agricole, le mouvement Slow Science devrait appeler les citoyens à devenir co-producteurs d’un nouveau modèle scientifique.

Il s’agirait alors de créer de nouveaux lieux de production des savoirs où le long terme serait privilégié sur le court-termisme, où le temps de la science et le temps social de son appropriation ne

seraient plus désynchronisés, des lieux de la désexcellence8 pour donner du temps au temps de la science, pour remettre la science au service d’un monde commun …

———————————————————————-

Cet article de Léo COUTELLEC est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.

8O. P. Gosselain, Slow Science – La désexcellence, sur le site http://evaluation.hypotheses.org


[1] Hartmut Rosa. Accélération. Une critique sociale du temps, La Découverte, 2010

[2] Isabelle Bruno. A vos marques, prêts… cherchez ! : La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Éditions du Croquant, 2008

[3] Voir l’« appel pour une université au service d’un monde commun ».

[4] Idex = Initiative d’excellence

[5] Voir, par exemple, pour la recherche : Isabelle Bruno. A vos marques, prêts… cherchez ! : La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Éditions du Croquant, 2008

[6] Petri Salo and Hannu L. T. Heikkinen. Slow science : an alternative to macdonaldization of the academic lifestyle, 2011. Disponible sur http://slowscience.fr

[7] Lire l’appel complet sur : http://slowscience.fr

La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne – De nouveaux rapports entre sciences et éthiques (2/3)

Dans une série de trois articles, Léo Coutellec, docteur en philosophie, nous propose de penser les rapports entre science et société, et fait reposer la condition d’existence d’une science citoyenne sur l’idée de démocratie épistémique :

« La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne »
La démocratisation des rapports entre science et société ne se fera pas sans une démocratisation de la science elle-même

Que veut dire inventer en épistémologie ? Comment établir et penser des rapports démocratiques entre sciences et éthiques ? Peut-on penser une intégrité des sciences à la fois épistémique et éthique ? Comment construire une épistémologie non-standard et une éthique générique ?

Les articles publiés sur Penser la recherche ont initialement été publiés sur son blog personnel Savoirs [en] commun[s], dans la Chronique des Concepts, entre janvier et juillet 2012.

Le pluralisme épistémique (1/3)
– De nouveaux rapports entre sciences et éthiques (2/3)
– Slow Science : cultiver la chronodiversité dans les sciences (3/3)

De nouveaux rapports entre sciences et éthiques

Dans un précédent texte, nous postulions que les appels à une science citoyenne et participative, auxquels nous nous associons, ne trouveront leur pertinence que s’ils s’accompagnent d’une mise en oeuvre effective des conditions d’une démocratie épistémique ; en d’autres termes, que la démocratisation des rapports entre science et société ne se fera pas sans une démocratisation de la science elle-même. Nous esquissions une première condition : la reconnaissance du pluralisme épistémique. Ce dernier concept implique l’identification et la reconnaissance de la matérialité plurielle constitutive de la démarche scientifique. Nous avons constaté, à l’occasion de l’exemple es organismes génétiquement modifiés, la portée pratique d’une telle hypothèse pour la tenue des débats sur les objets des sciences et des techniques contemporaines. Il nous faut maintenant avancer une seconde condition pour une démocratisation réelle du concept de science : celle qui consiste à établir de nouveaux rapports entre sciences et éthiques. Les réflexions à propos de ces rapports sont souvent très mal engagées car elles reposent toutes sur deux postulats assez problématiques qui forment un système : (i) la neutralité axiologique de la science et (ii) la suffisance d’une éthique de la science. Dans un premier temps, nous allons argumenter en faveur d’une impossibilité de soutenir ces deux postulats afin de dégager, dans un second temps, les contours d’une éthique susceptible de s’engager auprès des sciences dans des rapports de construction démocratique.

 

L’impossible neutralité axiologique de la science

Parmi les séries de pluralité qu’il est possible d’identifier au cœur de la science, il en est une

rarement explicitée, la pluralité axiologique. La question des valeurs dans les sciences a été mise sur le devant de la scène philosophique, et notamment en philosophie des sciences, par le mouvement féministe[1]. Quelques fois appelée « épistémologie libératrice »[2], cette philosophie des sciences féministes entend redonner une place à la question axiologique au sein de l’espace épistémique et contraste avec ce que certains auteurs appellent une « épistémologie de l’ignorance »[3] qui ne permettrait pas de faire de la place pour l’expression de toutes les voix (de toutes les voies). Ce mouvement au sein de la philosophie des sciences se caractérise par son objectif d’intégrer les dimensions éthique et épistémique des sciences[4]. Historiquement, ces travaux ont montré que « les idées classiques de raison et de connaissance ont régulièrement accueilli, sinon renforcer, les divisions sociales injustes, en particulier celles liées au sexe, à la race et aux classes »[5]. Ils participent de la critique du positivisme logique qui a eu de nombreuses conséquences sur la façon dont on peut se représenter les sciences. Notamment la représentation selon laquelle la science serait exclusivement indépendante des valeurs (value-free science). Les philosophies des sciences féministes ont joué un rôle important dans le développement des arguments suggérant que les valeurs éthiques – et de façon plus générale celles habituellement appelées non-épistémiques – ne peuvent pas être éliminées des pratiques épistémiques, mais qu’au contraire ces valeurs doivent être explicitées et peuvent avoir un rôle de légitimité épistémique. La thèse de la neutralité de la science, qui est souvent avancée comme garante de son intégrité épistémique, semble avoir été également affaiblie par la remise en cause de la dichotomie stricte des faits et des valeurs[6].

Il persiste toutefois une difficulté à circonscrire les valeurs non-épistémiques (VNE) susceptibles d’intervenir dans le processus épistémique et leur impact sur la robustesse de la connaissance. L’équité, le bien-être, la justice sociale, la responsabilité, l’égalité, …, sont des valeurs importantes que la science ne saurait ignorer si elle veut continuer à être vecteur d’émancipation humaine tout comme elle se doit de se défaire de valeurs réactionnaires ou inégalitaires. Mais le chemin semble difficile entre une conception positiviste de la science n’admettant que des valeurs épistémiques et défendant une neutralité axiologique radicale et une conception relativiste qui concèderait à tout type de valeurs non-épistémiques une place de choix dans la démarche scientifique[7]. L’un des enjeux épistémologiques actuels peut donc être formulé ainsi : comment ne pas exclure du processus épistémique les valeurs éthiques, sociales et contextuelles sans abandonner le concept de science lui-même en adoptant une posture relativiste (selon laquelle, la science ne serait qu’une pratique sociale comme les autres sans spécificités) ?

Devant l’ampleur de cet enjeu, une réponse de compromis a été trouvée dans le développement de ce que l’on appelle les éthiques de la science qui, sans remettre en cause la neutralité axiologique de celle-ci, lui impose une morale sur-plombante pour contrôler ses procédures et juger ses productions.

Une éthique de la science nécessaire mais non-suffisante

 

Toutes les tentatives pour définir une éthique de la science ou une éthique scientifique partent de ce postulat d’une science axiologiquement neutre. Autrement dit, c’est précisément parce que l’on cherche à exclure dans les sciences toutes influences de valeurs non-épistémiques que la nécessité d’une éthique de la science est avancée. Cette éthique de la science n’est toutefois pas tant une éthique mais plutôt une morale de la science ou une déontologie scientifique qui se caractérise classiquement par des appels au respect des règles, principes et protocoles que la communauté scientifique se donne[8] et se présente souvent sous le terme d’intégrité scientifique. Une conception que l’on retrouve par exemple chez les signataires de l’appel pour le respect des travaux sur le changement climatique lancé en réaction aux propos de ce que l’on appelle les climato-septiques[9].

Cet appel exprimait la nécessité pour les pouvoirs publics de reconnaître l’intégrité des travaux scientifiques sur le climat qui se basent sur les principes d’une éthique scientifique caractérisée principalement par des processus critiques de relecture, de vérification et de publication des résultats. A cela, nous pourrions rajouter l’absence de conflits d’intérêt qui devient primordial aujourd’hui[10] et qui peut prendre la forme d’appels pour une déontologie de l’expertise[11]. L’intégrité scientifique se manifeste aussi comme une volonté de prévenir la fraude scientifique, comme en témoigne le rapport de l’OCDE sur les « Bonnes pratiques pour promouvoir l’intégrité scientifique et prévenir la fraude scientifique » (2007)[12], qui a notamment donné lieu à la première conférence mondiale sur l’intégrité scientifique en septembre 2007 à Lisbonne.

A notre avis, ces différents aspects sont fondamentaux. Ils constituent inévitablement un socle

commun pour les démarches scientifiques, garant d’une partie de la qualité des productions et d’une forme de collégialité de la recherche scientifique par la diffusion systématique des résultats et par des principes organisationnels de validation. Mais nous constatons qu’il manque un aspect important du problème. Celui-ci a été identifié et argumenté par la philosophe J. Kourany lorsqu’elle fait remarquer que, malgré la multiplication des codes éthiques, des codes de bonnes conduites, des chartes de déontologie, etc …[13], il n’est jamais explicité la façon dont les scientifiques ont à faire face aux confits entre responsabilités épistémiques et responsabilités éthiques. Plus largement, toutes ces éthiques de la science laisse intacte le concept de science. Le lien entre la dimension éthique et la dimension épistémologique des sciences est absent de toutes ces recommandations qui agissent sur la science prise comme un fait. L’éthique, comprise de cette façon, agit comme une morale surplombant la science contrôlant ses procédures ou intervenant a posteriori pour limiter ou juger ses productions. Elle se contente souvent d’un appel à la déontologie et peine à intégrer les valeurs non-épistémiques dans la réflexion épistémologique sur les sciences. En cela, elle ne permet pas de donner une issue positive à l’indispensable prise en compte de la non-neutralité axiologique de la science. Nous pensons nécessaire de repenser le statut et la place de l’éthique aux côtés des sciences.

Pour une éthique générique inscrite au coeur des sciences

 

De façon classique, l’éthique n’est pas considérée comme un savoir et encore moins comme une science car elle ne peut prétendre à l’autonomie. Nous postulons le contraire. Qu’il s’agisse d’un appel des scientifiques, d’une demande sociale ou d’une orientation politique, l’intervention de l’éthique dans les sciences et les techniques nécessite en premier lieu de caractériser précisément les conditions de son autonomie. Pour ce faire, il s’agit en premier lieu de clarifier les motifs de convocation de l’éthique pour lutter contre son instrumentalisation. Comment concevoir l’éthique pour qu’elle ne soit considérée ni comme un alibi, ni comme un ustensile, ni comme une prothèse, ni comme « justificatrice » de toute innovation scientifique ou technique ni comme une « nouvelle morale » qui imposerait ses normes a priori ? Nous ne pouvons aller plus loin sur ces aspects sans risquer d’alourdir considérablement notre propos mais ils sont d’une grande importance.

Nous devons toutefois finir par caractériser le mode d’intervention d’une telle éthique dans les sciences. Avec la proposition d’une éthique générique, notre objectif est d’identifier les paramètres et les conditions d’une éthique qui puisse s’engager avec les sciences dans des rapports de constructions démocratiques. Il ne s’agit pas de construire une éthique de la science ou une éthique scientifique – nous en avons esquissé les limites – mais plutôt un dimension autonome dont le mode d’intervention et la portée permettent de ré-évaluer les rapports entre sciences et éthiques. Pour ce faire, il nous faut transformer le concept d’éthique, nous faisons cela à l’aide du générique, qualificatif que nous empruntons au philosophe François Laruelle. Nous considérons que la généricité est à l’éthique ce que le pluralité est à l’épistémologie, à savoir sa matérialité. La généricité de l’éthique se caractérise par sa capacité à intervenir sur des espaces hétérogènes de savoirs sans jamais dépendre complètement de l’un de ces savoirs. Ainsi, l’éthique générique ne sera ni une éthique appliquée (dans notre cas une éthique de la science ou de la recherche scientifique ou des objets scientifiques) ni une éthique absolument théorique mais plutôt une multiplicité de démarches expérimentales composant avec tous les ingrédients de la réflexion éthique. Le générique a deux fonctions dans notre travail en éthique. La première est qu’il permet de caractériser le mode d’intervention de l’éthique. La force du générique est une force d’intervention neutre et non-autoritaire d’un savoir dans un autre savoir considéré comme étranger. Le générique est un savoir, nous parlons de savoir générique, qui permet un mode d’intervention de l’éthique selon une logique cumulative et non substitutive. L’éthique ne cherche à se substituer à la science ou à la limiter mais plutôt à s’y additionner comme savoir. L’éthique générique peut alors être un mode d’organisation non-normatif et non-autoritaire de l’hétérogénéité des objets scientifiques. Ce mode d’intervention neutre et non-autoritaire de l’éthique dans les sciences pourrait être considéré, par certains, comme inoffensif laissant intact l’efficace et la prétention de supériorité des sciences. A notre avis, cette question n’est pas pertinente. Car le générique a l’avantage considérable de rendre possible des rapports entre sciences et éthiques qui ne soient ni belliqueux ni fusionnels ni fondationnels. Il ne s’agit plus d’entretenir les thèmes de la guerre des sciences mais de définir les conditions d’une démocratie épistémique. Il a un deuxième avantage considérable à transformer l’éthique à l’aide du générique, c’est la possibilité de définir un horizon souhaitable pour cette éthique, autrement dit une portée. Il devient possible de se risquer à cela dans la mesure où cette éthique ne cherchera pas à se substituer à la logique propre de la science mais à s’y ajouter en tant que savoir, et donc avec ses intentions. C’est le sens de notre proposition qui vise à caractériser la portée de l’éthique générique via le concept de communalité qui est cette capacité à créer un monde commun. Cette portée que nous pouvons caractériser selon trois valeurs importantes inscrites au cœur des sciences : pluralisme, coopération et engagement. Cette portée de l’éthique générique illustre la deuxième fonction du générique en éthique, celle qui vient de sa capacité à ne pas oublier l’Homme. Elle est donc une contribution pour une science de l’Homme et selon l’Homme.

Dans un troisième texte, nous approfondirons cette dimension intrinsèquement éthique des sciences en abordant la question du temps via le concept de lenteur.

———————————————————————-

Cet article de Léo COUTELLEC est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 non transposé.


[1] Le livre récent, Feminist Epistemology and Philosophy of Science. Power in Knowledge Grasswick2011

[2] Hundleby 2010

[3] Sullivan 2007

[4] Cela peut se traduire de cette façon : les buts épistémiques comme la raison, la vérité ou la connaissance ne sont pas, et ne doivent pas être, distinct de la poursuite de buts éthiques comme le juste, le bien et le vertueux. Cette proposition permet notamment de développer des concepts comme celui de « raison juste ». Voir : Hundleby2010.

[5] Hundleby2010, p.1 Par exemple, le travail de E. Fox Keller a montré que les idéologies de genre ont été exprimées dans un large éventail de théories en physique aussi bien que dans les sciences biologiques.

[6] Dewey 2011, Putnam 2004

[7] Conception qui fait notamment le jeu des partisans de l’intelligent design.

[8] Parmi ces règles, certaines peuvent être considérées comme commune à toutes les sciences et d’autres spécifiques à certains domaines. Dans le rapport de la National Academy of Science de 1990, l’intégrité de la science est définie comme le respect des règles, des principes, des valeurs fondamentales et des traditions d’une recherche conduite avec responsabilité. Voir : National Academy of Sciences 1990

[9] En particulier : C. Allegre dans son livre Impostures climatiques ou la fausse écologie (2010) et de V. Courtillot dans son livre Nouveau voyage au centre de la Terre (2009).

[10] L’affaire du Médiator n’est qu’un exemple, certes significatif et aux effets désastreux, des conflits d’intérêts entre sciences et industries.

[11] L’association Fondations Sciences Citoyennes a élaboré une proposition de loi sur la déontologie de l’expertise qui donne de l’importance à la transparence sur les conflits d’intérêts mais ne réduit par le déontologie de l’expertise à cet aspect. Voir : http://sciencescitoyennes.org/projet-de-loi-lanceurs-d\%E2\%80\%99alerte/

[12] Disponible à cette adresse : http://www.oecd.org/dataoecd/37/17/40188303.pdf (site consulté le 12 juin 2010). A la lecture de ce travail, il est possible d’observer toute la difficulté qu’il y a à prévenir et caractériser une fraude

scientifique dans un contexte de collaboration international.

[13] A titre d’exemple à l’échelle internationale : Upasala Code of ethics for scientists (1984), Buenos Aires Oath, (1988), The Toronto Résolution (1991), ICSU Standards for Ethics and Responsibility in Science (2001).

La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne – Le pluralisme épistémique (1/3)

Dans une série de trois articles, Léo Coutellec, docteur en philosophie, nous propose de penser les rapports entre science et société, et fais reposer la condition d’existence d’une science citoyenne sur l’idée de démocratie épistémique :

« La démocratie épistémique comme condition d’une science citoyenne »
La démocratisation des rapports entre science et société ne se fera pas sans une démocratisation de la science elle-même

Que veut dire inventer en épistémologie ? Comment établir et penser des rapports démocratiques entre sciences et éthiques ? Peut-on penser une intégrité des sciences à la fois épistémique et éthique ? Comment construire une épistémologie non-standard et une éthique générique ?

Les articles publiés sur Penser la recherche ont initialement été publiés sur son blog personnel Savoirs [en] commun[s], dans la Chronique des Concepts, entre janvier et juillet 2012.

– Le pluralisme épistémique (1/3)
– De nouveaux rapports entre sciences et éthiques (2/3)
– Slow Science : cultiver la chronodiversité dans les sciences (3/3)

Première condition : le pluralisme épistémique

La multiplication importante, ces dernières années, des réflexions sur les rapports entre sciences et sociétés est incontestable. Notre objectif n’est pas ici d’en établir les causes, celles-ci sont maintenant largement connues (crise de confiance, crise sanitaire, opacité des décisions, rôle croissant de la science et de la technique dans l’organisation des sociétés, demande de participation, …), mais d’en définir la portée. Les termes de démocratie technique, de science citoyenne, d’expertise citoyenne ou encore de recherche participative deviennent quasiment des mots-clés sur ce sujet, pour ne pas dire des mots-valises. Inscrit dans le champ devenu spécifique des S-T-S (Sciences-Technologies-Sociétés) ces travaux sont souvent de bonne qualité et ont tout leur intérêt. Dans leur grande diversité, ils partagent toutefois un postulat problématique, celui de prendre le concept de science pour un fait. La sociologie des sciences étant largement majoritaire parmi cet ensemble d’étude, les réflexions épistémologiques ou éthiques sur le concept de science lui-même se font rares.

Un livre remarqué semblait vouloir se démarquer de cette tendance avec l’ambition de repenser la science. Il s’agit de la publication par M. Gibbons & al. en 1994 de The new production of knowledge : the dynamics of science and research in contemporary societies[1]. Les auteurs défendent la thèse de l’émergence d’un nouveau mode de production de savoirs, à partir des années 1970, qui aurait radicalement reconfiguré les sciences dans leurs pratiques, leurs épistémologies et leurs rapports au monde. Ils opposent, de façon dichotomique autant que caricaturale, l’ancien « mode de la science pure » (appelé mode 1) au nouveau mode de la science contemporaine (appelé mode 2). Pour caractériser le mode 2, plus hétérarchique, hétérogène et transitoire, ces auteurs reprennent le désormais célèbre modèle de la « triple hélice » entre universités, entreprises et états proposé en 1996 par L. Leydesdorff et H. Etzokowitz[2]. Bien que l’ambition soit louable, repenser le concept de science, nous pensons que ces thèses ne sont pas pertinentes. Parmi les nombreuses critiques de ces travaux, notons celles qui identifient la tendance auto-réalisatrice de la thèse de Gibbons & al. et les conséquences qu’elle implique dans notre façon de penser les sciences. En effet, la distinction simple mode1/mode2, au départ descriptive, est devenue une distinction prescriptive[3]. Comme « prophétie autoréalisatrice », elle engage les recherches en sciences humaines et sociales dans ce qui est désormais appelé le Knwoledge management, sans que l’on sache vraiment ce qui, d’un point de vue épistémologique, a été modifié et comment ces modifications peuvent être appréhendées. Dès 1997, D. Pestre faisait remarquer que la dimension prescriptive était présente au sein même du travail de M. Gibbons & al. qui présentait le mode 2 toujours comme supérieur, plus efficace et plus adapté à la « mondialisation économique » alors que le mode 1 présentait les caractéristiques d’un système replié, conservateur et improductif[4]. Le caractère normatif de l’entreprise de caractérisation sociologique et politique du mode 2 sera ensuite explicitement assumé dans Repenser la science en 2001. Elle aura d’ailleurs un certain succès politique, reprise abondamment dans les rapports de l’OCDE sur « l’économie de la connaissance », inspirant largement la stratégie de Lisbonne et tout le mouvement de re-définition du rôle de l’enseignement supérieur auquel on assiste depuis les années 1990[5]. Par ailleurs, cette thèse simpliste du passage de la science à la technoscience ou du chercheur au « technologue », qu’elle soit l’objet de discours apologistes ou critiques, ne nous engage pas sur de bonnes voies pour repenser le concept de science. Comme « prêt-à-penser les sciences », il marque un certain recul des analyses épistémologiques et ignore tout le travail en philosophie de la technique ainsi que les travaux en épistémologie sur l’ingénierie. L’affirmation selon laquelle « plus une discipline scientifique est fortement contextualisée, plus la connaissance produite a des chances d’être socialement robuste », véritable slogan des partisans du mode 2, ignore la complexité qu’il y a à penser la robustesse d’une connaissance, l’intrication des valeurs épistémiques et non-épistémiques dans les sciences et les rapports des connaissances au contexte[6].

De ces critiques de l’ouvrage de Gibbons & al., nous tirons une conséquence importante, celle de ne pas réduire de façon normative le concept de science sous prétexte de vouloir le changer ou le faire évoluer. Si l’enjeu est bien ne pas considérer la science comme un simple fait ou une boîte noire, et donc de requestionner sa prétention à la neutralité, cela nécessite, à notre avis, une analyse épistémologique renouvelée du concept de science.

Nous entreprenons ce travail en proposant l’hypothèse d’une démocratie épistémique que nous considérons comme une condition d’une science citoyenne[7]. Autrement dit, pour des rapports démocratiques et constructifs entre sciences et sociétés, nous pensons qu’il ne faut pas ignorer l’indispensable réflexion sur la démocratisation de la science elle-même. Nous postulons que les appels à une science citoyenne et participative ne trouveront leur pertinence que s’ils s’accompagnent d’une mise en oeuvre effective des conditions d’une démocratie épistémique. La démocratisation des rapports entre science et société ne se fera pas sans une démocratisation de la science elle-même. Nous caractérisons cette démocratie épistémique selon trois conditions : (i) un pluralisme épistémique, (ii) une tolérance aux valeurs (pour de nouveaux rapports entre science et éthiques) et (iii) un autre rapport au temps (de la fast science à la slow science). Le développement de ces conditions fera émerger la problématique des rapports entre sciences et sociétés, notamment en ce qui concerne l’évaluation. Nous abordons dans ce premier texte, la question du pluralisme épistémique.

En proposant l’hypothèse d’un pluralisme épistémique, notre objectif est de donner de l’épaisseur et du relief au concept de science en le repensant à partir du pluralisme. Mais pour ne faire porter le pluralisme ni sur une métaphysique ou vision particulière du monde, ni sur une idée pré-conçue de la science, il nous faut revenir à une forme de matérialité du pluralisme qui suspende ou inhibe, en quelque sorte, ces déterminations métaphysiques ou idéologiques ou encore ses efficaces. Nous caractérisons cette matérialité par des séries de pluralités qui donnent à voir, de façon non normative, l’hétérogénéité des sciences à plusieurs niveaux. Il est par exemple possible d’identifier les séries de pluralité suivante : les disciplines (via des réflexions épistémologiques sur l’interdisciplinarité), les styles de raisonnement scientifique (notamment ceux identifiés par A. Crombie et I. Hacking), les ingrédients de la démarche scientifique (notamment la place de la technique comme dimension à part entière de savoir et non pas seulement comme application de la science) ou encore la pluralité axiologique en montrant comment peuvent s’exprimer dans les sciences une pluralité de valeurs épistémiques et non-épistémiques. Toutes ces séries illustrent la matérialité du pluralisme. Leur identification et leur reconnaissance comme constitutive de la démarche scientifique nous permettent d’élaborer l’hypothèse d’un pluralisme épistémique relativement autonome par rapport à toute forme d’idéalité sur la science.

Le pluralisme épistémique, comme reconnaissance des séries de pluralité dans les sciences, permettrait par exemple de décentrer les processus d’évaluation du concept de risque. Ce concept aujourd’hui devenu central relève d’un certain style de raisonnement scientifique, le raisonnement probabiliste, qui a lui seul ne peut recouvrir la complexité des objets à évaluer. Cette remise en cause de l’hégémonie du risque n’a pas été véritablement faite dans le cas du débat sur les OGM végétaux et animaux (essentiellement le poisson). Ainsi, des forums citoyens ont été mis en place, des consultations publiques, des débats contradictoires, et autant de livres, mais tout cela s’est fait sans que les outils statistiques et probabilistes, pourtant au centre des débats, aient été dépliés et discutés[8], [9]. De fait, un certain nombre de problèmes fondamentaux n’ont pas été suffisamment travaillés. Par exemple, l’argument statistique répond souvent à une demande de quantification. Or, le discernement des moments de la quantification est rarement explicité. Si quantifier, au sens large, c’est exprimer et faire exister sous forme numérique ce qui, auparavant, était exprimé par des mots et non par des nombres, il convient de rappeler que toute quantification est composée de deux mouvements : convenir (définition d’une convention) et mesurer. En effet, « le verbe quantifier suppose que soit élaborée et explicitée une série de conventions d’équivalences préalables, impliquant des comparaisons, des négociations, des compromis, des traductions, des inscriptions, des codages[10] […] ». Et il convient de ne pas mélanger ces deux moments. Or, l’explicitation collective et transparente du premier mouvement de la quantification, à savoir la construction des conventions, est souvent oubliée par une sorte de convenance et se transforme en boîte noire. Alors quantifier revient à mesurer. Mais que mesure-t-on et selon quelles hypothèses ? Comme le rappelle A. Desrosières, « L’idée de mesure implique que quelque chose existe sous une forme déjà mesurable[11]« . Est-ce le cas pour tous les objets que l’on souhaite quantifier ? Pour toutes leurs dimensions ? A ne pas ouvrir la boite noire des conventions de mesure, le résultat est que le produit de la quantification tend à devenir la réalité. Or, la quantification, entendue comme l’ensemble formé des conventions socialement admises et des opérations de mesure, crée aussi une nouvelle façon de penser, de représenter, d’exprimer le monde et d’agir sur lui[12]. Ainsi, la réduction du pluralisme épistémique, qui consiste à promouvoir un style de raisonnement particulier, a un impact direct sur la question démocratique. Quel serait l’enjeu d’une pensée du pluralisme dans ce contexte ? Celui de ré-ouvrir les boîtes noires – une mise en lumière de ce qui est souvent dans l’ombre de la mesure – et de reconnaître l’existence de plusieurs styles de pensée scientifique potentiels autour d’une même question ou d’un même objet. Cette pluralité pourrait s’exprimer dans le cadre d’une intervention en amont de l’éventuelle mesure, par une co-construction des conventions de quantification et donc par une discussion sur la légitimité et le périmètre de la mesure. A notre avis, une conséquence positive de cette approche serait de lutter contre une forme de décalage qui se produit dans les débats actuels sur les OGM. Un décalage que nous pensons essentiellement épistémique et qui se caractérise par le fait que le débat intervient à des moments ou des échelles du processus de construction des connaissances presque jamais explicités.

Il serait possible de donner d’autres exemples de la nécessité d’adopter une posture pluraliste à propos du concept de science. Mais à ce stade de notre développement, une question reste en suspend : comment faire pour que ce pluralisme épistémique ne soit pas une nouvelle forme de relativisme ? Nous répondrons à cette question dans la prochaine partie qui abordera la question des valeurs épistémiques et non-épistémiques, et plus précisément des rapports en sciences et éthiques.


[1] Repris et approfondis ensuite dans Re-Thinking science. Knowledge and the public in an Age of Revolution en 2001. Traduit en français en 2003 : Nowotny, H. & Scott, P. & Gibbons, M. (2003). Repenser la science. savoir et société à l’ère de l’incertitude, Belin.

[2] A ce propos, voir : Shinn, T. (2002). « Nouvelle production du savoir et triple hélice. Tendances du prêt-à-penser les sciences ». Dans : Actes de la recherche en sciences sociales 1.141–142, p. 21–30.

[3] Schultheis F. & Roca, M. & Escoda-I. & Cousin P.-F., éd. (2008). Le cauchemar de Humboldt. Les réformes de l’enseignement supérieur. Raisons d’Agir.

[4] Pestre, D. (1997). « La production des savoirs entre académies et marché. Une relecture historique du livre : The new production of knowledge édité par Michael Gibbons ». Dans : Revue d’économie industrielle 79.1.

[5] Les principaux auteurs de la thèse du mode 2 occupent d’ailleurs des places de conseillers au sein d’instance d’importance dans ce domaine. Comme l’explique P. Milot, le point culminant de cette re-configuration de l’enseignement supérieur et notamment de la place des universités dans « l’économie de la connaissance » sera la première Conférence mondiale sur l’enseignement supérieur organisée par l’UNESCO en octobre 1998. L’un des principaux documents déposés lors de cette conférence de l’UNESCO fut le rapport intitulé L’Enseignement supérieur au XXIe siècle, préparé par M. Gibbons pour le compte de la Banque Mondiale. M. Gibbons est alors secrétaire général de l’Association des universités du Commonwealth et profite de ce rapport pour exposer de nouveau ses thèses sur les modes 1 et 2 de production des savoirs. Voir : Milot, P. (2003). « La re-configuration des universités selon l’OCDE. Économie du savoir et politique de l’innovation ». Dans : Actes de la recherche en sciences sociales 148, p. 68–73.

[6] D’autant plus lorsque l’on sait que, pour M. Gibbons, les impératifs économiques constituent « la référence contextuelle absolue ». Voir : Milot, P. (2003). Ibid

[7] Nous limitons ici l’acceptation de la notion de science citoyenne à la définition minimale suivante : une science ouverte aux préoccupations et aux participations citoyennes. Les modalités de prise en compte de ces préoccupations comme les modalités de la participation citoyenne dans les sciences ne font pas l’objet de cet article. Nous pensons que les nombreuses études sur ce sujet n’aboutissent que très rarement sur des résultats convainquant parce qu’elles prennent souvent les concepts de science et de société civile comme des entités homogènes et fixes. Dans ce cas, le travail se réduit à un exercice technique qui consiste à trouver des types nouveaux d’organisation qui permettent la rencontre sciences-sociétés (ex. conférence de citoyen).

[8] Desrosières, A. (2007). « Comparer l’incomparable. Essai sur les usages sociaux des probabilités et des statistiques ». Dans : La Société du probable. Éd. par J.-P. Touffut. Albin Michel, p.186

[9] Rares sont les voix qui abordent cette question. Notons une exception, il s’agit du statisticien de l’INRIA M. Lavielle qui juge, sur le problème des OGM, qu’aucune étude statistique actuelle n’est fiable (ni celles fournies par Monsonto, ni celles fournies par le CRII-GEN), et remet en cause la fiabilité statistique des études de nocivité ou d’innocuité sur les maïs Mon863, Mon810 et NK603 (Monsonto, HCB, Criigen). Voir : Lavielle, M. (2010). « Après 10 ans, l’analyse des risques ». Dans : Bulletin InfOGM 102.

[10] Desrosieres, A. (2008). Pour une sociologie historique de la quantification. L’argument statistique, Tome 1. Presses de l’Ecole des Mines, p.11

[11] Desrosieres, A. (2008). Ibid

[12] Desrosieres, A. (2008). Ibid

Crédit photographique : alles-schlumpf, licence CC by

 

La question de la responsabilité dans la recherche – Une première entrée

J’ai commencé une réflexion sur la question de la responsabilité des chercheurs, sur mon carnet de recherche l‘Infusoir, dont je donne ici les grandes lignes, et les liens hypertextes.

Ce sont ces premiers éléments, ainsi que des lectures (que j’aurai l’occasion de partager dans Penser la recherche), et des discussions dans différents contextes, interdisciplinaires ou science-société, qui m’amènent à souhaiter développer la question de la responsabilité par l’entrée des choix individuels et collectifs des acteurs académiques, dans la recherche et avec la société, et plus largement des acteurs scientifiques.

Je commencerai ainsi par ce que je connais le mieux, par l’expérience vécue et du fait de mon travail de recherche (sur la recherche / ou STS – Sciences and Technological Studies) : la recherche et le travail quotidien de chercheurs, en biologie expérimentale et en sciences humaines et sociales.

Dans un prochain billet je préciserai la relation que je tisse étroitement entre responsabilité et réflexivité.

Crédit photographique : Des choix, des directions – par Mélodie Faury, licence CC by

Comment aborder la question de la responsabilité sociale des scientifiques ? (29 août 2011)

http://infusoir.hypotheses.org/1154

Être responsable, comme tout un chacun

Faire de la recherche : des responsabilités spécifiques ?

L’origine d’un questionnement personnel : parcours et posture quand il s’agit de parler de responsabilité sociale des scientifiques

La responsabilité, une valeur pour la recherche (29 août 2011)

http://infusoir.hypotheses.org/1207

Un parti pris : considérer la responsabilité comme une valeur en soi pour la recherche

De la théorie à la pratique : la responsabilité comme valeur de la recherche ?

Éthique et responsabilités des chercheurs : vers des espaces de réflexivité (26 octobre 2011)

http://infusoir.hypotheses.org/1761

De quelle éthique parle-t-on ?

L’éthique comme responsabilité collective ?

Ce que cela suscite : extrait des discussions avec les doctorants

Finir une idée : et si l’on créait nos propres espaces de réflexivité ?


Le chercheur responsable : de quelles responsabilités parle-t-on ? (15 avril 2012)

http://infusoir.hypotheses.org/2952

La question de la responsabilité : les chercheurs doivent-ils être responsables ?

La responsabilité réside d’abord dans des choix

Quels sont ces choix ? Se poser la question et les identifier

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Penser la recherche, collectivement et par l’interdisciplinarité

Le carnet “Penser la recherche” porte sur les notions de réflexivité et de responsabilité dans les pratiques de recherche et l’enseignement supérieur actuels. Ce carnet accueille une réflexion collective et interdisciplinaire sur ces questions.

Il y a quelques mois, la Fondation Charles Leopold Mayer me confiait une responsabilité :

celle « d’organiser des conversations chez les chercheurs (ou plus largement scientifiques) pour faire émerger leurs expériences, leurs questionnements, leurs doutes, leurs convictions et défis, en concentrant la réflexion sur leurs responsabilités dans l’exercice de leur profession. »

L’objectif est le suivant : construire un document de réflexion et de propositions quant à cette idée de (co)responsabilité des scientifiques, dans le cadre plus large d’une réflexion menée en parallèle de manière locale et internationale, et souhaitant tenir compte des spécificités des réalités professionnelles. L’enjeu du programme « Éthique et responsabilité » de la fondation Charles Leopold Mayer est très large et s’articule à différentes échelles. Celui d’une réflexion sur la spécificité de la responsabilité liées aux pratiques scientifiques, et en particulier aux pratiques de chercheurs, puisque ce sont celles sur lesquelles j’ai choisi de me concentrer, me paraît tout à fait vaste également. J’y vois d’abord un défi de dialogue et d’inter-compréhension interdisciplinaire, à prendre à bras le corps, puis à ouvrir au croisement avec d’autres perspectives, celles des relations entre sciences et société.

J’ouvre donc une réflexion collective dans ce carnet, pour commencer par échanger des points de vue, des ressources, des idées, des retours d’expérience de recherche et de formation, sur les questions de responsabilité.

Ce carnet sera donc un lieu numérique vivant, mouvant, en construction. L’expérience de la Villa réflexive montre chaque mois combien les espaces numériques de recherche et de réflexion peuvent être riches pour croiser les regards sur un objet choisi comme objet commun, interdisciplinaire.

Le carnet « Penser la recherche » accueillera :

– des articles rédigés par le comité de rédaction et par des auteurs invités par le comité de rédaction ;

– des articles soumis par les lecteurs du carnet, publiés sur décision du comité de rédaction ;

– des articles re-publiés, avec l’autorisation des auteur.e.s

La question de la responsabilité dans les pratiques de recherches, et plus largement dans les pratiques scientifiques, sera abordée selon différentes perspectives, qui se matérialiseront par des catégories, constituant autant de chapitres sur cette question.

Ainsi, la responsabilité sera notamment abordée depuis le point de vue :

– des STS (Science and Technological Studies) ;

– de la philosophie ;

– de la linguistique ;

– des sciences de l’information et de la communication ;

A ces perspectives de recherche seront associées des retours réflexifs sur des expériences :

– de pratiques de recherche en sciences exactes et expérimentales ;

– de pratiques de recherche en sciences humaines et sociales ;

– d’enseignements science-société ;

– de participation à des dispositifs de médiation science-société ;

– d’expériences de recherche numérique ;

Dès le début de cette réflexion collective, j’articule étroitement l’idée de « responsabilité » à celle de « réflexivité ». En effet, si l’on considère a priori (mais ce point pourra lui-même faire l’objet de discussions) que l’idée de responsabilité réside dans les choix que l’on fait, dans les pratiques de recherches et les pratiques scientifiques en société (pour faire vite), il paraît avant tout nécessaire d’identifier et d’expliciter ces choix, quotidiens (publication, évaluation, etc.) ou plus ponctuels, ainsi que les espaces de liberté relatifs.

En ce qui concerne la perspective que je développerai dans ce carnet, je choisis donc pour commencer d’aborder la notion de responsabilité par l’idée des choix individuels et collectifs, dans la recherche et avec la société. Cela nous évitera, ce qui n’est pas négligeable à mon sens, de focaliser d’emblée la discussion exclusivement autour de l’idée de responsabilité des applications de la recherche, qui occulte une grande partie des problématiques liées à l’idée de responsabilité des scientifiques.

Mélodie Faury

Docteure en Sciences de l'information et de la communication / STS Agrégée en Sciences de la Vie, de la Terre et de l’Univers

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter